I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

News

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour une fois par mois)

 

Liste des conférences, rencontres, ateliers, animations disponibles

Toutes ces interventions gratuites sont en lien avec une documentation très diversifiée et des bibliographies (que l'on partage habituellement sur place).

I) Progresser ensemble dans la langue et dans la parole

  • Ateliers « Étymos » :  Constitué par l'introduction «Être citoyen c'est penser ses mots » et puis ensuite, par une animation d'une grande "foire à l'étymologie." Chacun est invité à se poser des questions d'ordre étymologique sur des mots rencontrés au fil des jours d'ici la tenue de ce moment via un questionnement du type : "Tiens, mais c'est quoi l'origine de ce mot... ? oh surprise, ça vient de là, c'est fou... mais alors, quand on dit... ça veut dire aussi que...mais alors... et donc... Ha mais c'est trop drôle..." et de prendre note de ses recherches et trouvailles.
    Pendant ce moment chacun présentera aux autres ses plus belles trouvailles (20 chacun par ex. Automatiquement cela provoque plein de discussions fertiles et très enrichissantes).
  • Moments « Les Phrases magiques ». (Peut être joint à un atelier étymos). Il s'agit de venir à la rencontre des autres pour leur révéler nos phrases/citations préférées qui nous suivent depuis des années ou que l'on a découvert tout récemment (ça constitue également un partage de références de livres).
  • Ateliers Dictées collectives et conviviales : Façon « Bernard Pivot », mais sans compétition, juste pour le plaisir de la langue et d'avancer chacun à partir de là où on en est. Correction tout aussi conviviale et collective que la dictée.
  • Ateliers théâtre : Tout est envisageable en la matière. Projets à définir ensemble.
  • Atelier théâtre spécial « le livre en scène ». Du théâtre ensemble autour de (avec, sur,...) l'objet livre.
  • Mystère de la parole : Une rencontre pour délier les langues et découvrir les trésors qui se cachent en chacun d'entre nous. C'est un moment qui se crée à partir des volontés de chacun. Chaque personne qui souhaite s'exprimer met son nom dans un chapeau. Une fois le chapeau rempli des noms des participants, un animateur tire au sort un papier, et la soirée commence. C'est l'occasion pour chacun de livrer un peu de lui-même : déclamer un poème, dire un petit conte, parler d'un papillon qu'il affectionne, pousser un coup de gueule sur un sujet qui le démange, faire une déclaration d'amour ou d'amitié, jouer un morceau de guitare ou d'accordéon en chantant, sortir du passé l'histoire d'un hameau, révéler une recette d'un légume d'automne, parler d'un livre qu'il a aimé, d'un sentier de randonnée qu'il aime parcourir, d'une passion, dire une blague, faire un hommage, râler sur quelconque sujet, faire sortir de l'oubli un objet incongru, commenter un sujet d'actualité, tout, tout, tout est possible, chaque personne est un puits de connaissance, riche de son expérience, de son caractère unique, des relations qu'il tisse avec les autres. Chaque intervention est relativement courte, pour permettre au plus grand nombre de s'exprimer.  Petits et grands peuvent glisser leur nom dans le chapeau.

II) Le plaisir d'apprendre ensemble et l'étude des livres

  • Présentations de livres et de bibliographies : Nous nous proposons pour venir régulièrement parler d'un ou plusieurs livres de notre choix. De la même façon Nous pouvons venir présenter des bibliographies classées par thèmes.
    On peut envisager aussi cette rencontre de façon 100 % collective où chaque participant présente des livres.
  • Arpentages de livres (lecture collective): C’est une technique pour lire et parler d’un livre collectivement. On divise le livre en autant de parties qu’il y a de participants (possibilité de fonctionner en binôme), puis :
    Temps 1 : chaque participant lit sa partie silencieusement pour lui-même.
    Temps 2 : chaque participant prépare ce qu’il veut partager avec les autres à propos de la partie qu’il a lue. Cela se fait librement ou en fonction d’une grille de lecture proposée.
    Temps 3 : Tous ensemble autour de la table, chronologiquement, chaque participant prend la parole à propos de sa partie et cela donne lieu à des mini-échanges au sein du groupe.
    Temps 4 : débat global concernant l’ensemble du livre.

III) Questionner nos institutions, « la démocratie » et le « vivre ensemble ».

  • Une conférence théâtralisée : « Sommes-nous en démocratie ?». Une patiente (Mme Ciboulette) en visite chez son médecin philosophe (Dr Castoriadis), cherche à comprendre et soigner sa pathologie.
  • Une conférence : « conditions techniques de l'Égalité politique ».
  • Ateliers de désintoxication du langage : Introduit par un exposé sur les sources d'intoxications. Atelier qui s'imbrique dans des discussions et qui se termine par des jeux d'écriture libérateurs.
  • Atelier comparatif démocratie Athénienne et « démocratie » moderne.  Il s'agit pour l'animateur de provoquer la discussion et les échanges en décrivant chaque aspect de la vie de la démocratie athénienne pour que les participants soient tentés de réaliser eux-mêmes le comparatif avec aujourd'hui sur chacun de ces aspects.
    Exemple : l'animateur décrit le système de désignation des magistrats à l'époque d'Athènes et très rapidement les participants sont tentés par la comparaison avec aujourd'hui (les élections).
  • Ateliers constituants : pour s'entraîner à écrire la constitution. Pour retrouver son pouvoir de participer à l'écriture des règles communes.
  • Ateliers « Miroirs » : à l'usage des parents et enfants, afin de mettre en lumière la façon dont nos comportements agissent sur ceux de nos enfants, et inversement. Nous jouerons à inverser les rôles pour mettre en évidence les dominations qui s'exercent les uns sur les autres et pour cheminer vers des relations plus équilibrées.
  • Atelier « Polémos »: pour faire face individuellement et collectivement aux situations conflictuelles qui surgissement inévitablement dans l'existence, et qui nous laissent souvent démunis. La recherche de la résolution du conflit par la parole permet d'éviter la violence physique, pour ça certains espaces doivent être crées pour que chacun puisse s'exprimer librement (un exposé sur le polémos en philosophie sert d'introduction à cet atelier).
  • Atelier sur « Les Pouvoirs » : Discussions philosophiques autour des grands principes de fonctionnement et de comportements des Pouvoirs – à partir de textes majeurs de philosophie politique.
  • Atelier  Public/Privé : Discussions philosophiques concernant les notions comparées d'espaces privés et d'espaces publics, qui débouchent sur la notion de commun, de communaux et de commune.
  • Atelier « l'Idéologie du travail » : comprendre ensemble en quoi « le travail » est une idéologie). Comment s'en libérer ? Sous forme de discussions et de lectures de textes à l'appui.
  • Conférence pour un monde sans argent : « Un monde sans merci » (par Valentin)
  • Arpentage du livre de Jacques Ellul : « L'homme et l'argent ». Pour travailler ensemble sur la problématique de l'argent.
  • Autour de Léon Tolsoï

IV) Être autonome pour ses besoins vitaux, s'entraider, questionner l'hubris.

  • Ateliers Permaculture et autonomie  : une conférence expliquant les principes de la permaculture  comme solution individuelle et collective pour aller vers l'autonomie alimentaire et culturelle.
  • Ateliers alternatives et entraide : partage de savoirs et d'expériences afin de privilégier des approches saines, naturelles, gratuites, et autonomes en lieu et place de tout ce qui est imposé par l'industrie, le capitalisme, les idéologies dominantes, les médias et la publicité. Comment développer l'entraide localement ?
  • Ateliers de botanique (pour se nourrir et se soigner), plantes sauvages comestibles et médicinales. La forêt nous nourrit et nous soigne. Peut donner lieu à toute une série d'interventions régulières car il y a tellement d'espèces à étudier ensemble.
  • Ateliers de cosmétiques médicinales, fabriquer ensemble des baumes thérapeutiques à partir de macérats huileux de plantes médicinales, d'huiles essentielles, de cire d'abeille et de beurre de karité.
  • Une conférence : « Il faut tout un village pour élever un enfant »,  histoire et critique du système éducatif actuel, propositions pour une école commune libre et gratuite, pour tous et à tout âge.
  • Projection du documentaire « schooling the world » et discussion.
  • Une conférence-débat : sur la pharmacologie, la néguentropie et l'organologie générale (sur les bases du philosophe Bernard Stiegler), Une description en forme d'alerte maximum concernant une humanité formée d'êtres pharmacologiques et prothétiques qui accumulent du matériel jusqu'à l'asphyxie. Les inventions humaines sont des pharmaka, c'est-à-dire des choses qui ont une face remède en même temps qu'une face toxique (et dans les conditions actuelles, c'est la face toxique qui s'exprime). La toxicité, en même temps que l'entropie (le désordre), augmentent à mesure que le défaut ou le déséquilibre est corrigé par un pharmakon en créant un nouveau défaut à corriger de façon toujours plus complexe. La puissance de nos outils, et leur mise à disposition du plus grand nombre, ne faisant qu'augmenter, nous devenons tous " des tyrans les uns pour les autres". Nous sommes tous transformés en producteurs-consommateurs. Cette accumulation, cette absence de limite, engendre une absence de soin, d'attention, aux objets, à soi, aux autres et nous devenons dépendants d'objets, ce qui nous éloigne de l'autonomie. Nous vivons dans la consommation qui n'est rien d'autre qu'une vie de pulsion qui détruit les objets de son désir (consommation - consumer - consomption). Nous vivons dans une infidélité, dans une jetabilité, dans une obsolescence, au lieu de l'inverse : le soin, l'investissement, la fidélité, la construction.
    La question des écrans (télévision, internet, smartphone) et de leur prédominance toxique sera évidemment abordée.
    Le moment se présente sous la forme d'une intervention pour présenter les concepts et le lexique nécessaire pour faire de la pharmacologie, puis en une discussion, un partage et des témoignages sur tel ou tel pharmakon particulier. Exemple : pharmacologie de l'avion, du nucléaire, du smartphone, etc. Comme pour le moment étymos, des moments du pharmakon peuvent être institués de manière régulière, comme une hygiène de l'esprit.

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn