I) « Tout mouvement de libération de l'homme ne saurait plus passer maintenant que par une déscolarisation.»

Ivan Illich

II) « L'oppression des enfants est première, et fondamentale. Elle est le moule de toutes les autres. »

Christiane Rochefort

III) « Quels enfants allons-nous laisser à la planète ? »

Jaime Semprun

IV) « Non plus créer des écoles alternatives, mais des alternatives à l’école »

John Holt

V) « Notre principale menace aujourd'hui est le monopole mondial de domination scolaire sur l'esprit des hommes. »

Everett Reimer

VI) « Ce qui me paraît le plus insupportable, c'est que l'école me séparait de moi-même. »

Christian Bobin

VII) « Plus l’homme se connaît par la voie officielle, plus il s’aliène »

Raoul Vaneigem

VIII) « Je perçois l'école non pas comme une institution qu'il faut réformer et perfectionner, mais comme une prison qu'il faut détruire. »

Cornélius Castoriadis

IX) « Ce qui abrutit le peuple, ce n'est pas le défaut d'instruction mais la croyance en l'infériorité de son intelligence. »

Jacques Rancière

X) « Prisonnier de l'idéologie scolaire, l'être humain renonce à la responsabilité de sa propre croissance et, par cette abdication, l'école le conduit à une sorte de suicide intellectuel. » Ivan Illich

XI) « Les hommes qui s'en remettent à une unité de mesure définie par d'autres pour juger de leur développement personnel, ne savent bientôt plus que passer sous la toise.» Ivan Illich

Site connexe : débordelisation.

LOGO 1 coul inv

Nexus

COUV NEXUS 108 WEBOn parle de nous (interview) dans le numéro 108 de Nexus de Jan/Fév 2017

Dossier « Déscolariser la société »

moinsOn a participé au dossier sur la déscolarisation du numéro 24 (août/sept 2016) du journal romand d'écologie : - Moins

L'école de la peur (texte complet)

ecoledelapeur

Attention aux méprises !

Nous ne sommes pas pour l'Instruction En Famille (IEF) sauf comme solution temporaire, celle-ci est inégalitaire et faire la part belle à une autre institution de l'ordre adulte presqu'autant problématique que l'école (si ce n'est plus !) Pourquoi toujours penser les choses en terme de systèmes fermés ?

Notre revendication se situe sur les communs et un monde ouvert : établir des écoles libres (chacun est libre d'y aller quand il veut), égalitaires (chacun peut intervenir pour enseigner), communales, citoyennes, gratuites, débarrassées de l'État, dans les espaces publics et communs, autogérées.

Bibliographie déscolarisation

Une société sans école
Ivan Illich
Mort de l'école
Everett Reimer
Le maître ignorant
Jacques Rancière
Comme des invitées de marque
Léandre Bergeron
Les apprentissages autonomes
John Holt
Pour décoloniser l'enfant
Gérard Mendel
Avertissement aux écoliers et aux lycéens
Raoul Vaneigem
Apprendre sans l'école
John Holt
Et je ne suis jamais allé à l'école
André Stern
La fin de l'éducation ? Commencements.
Jean-Pierre Lepri
Insoumission à l'école obligatoire
Catherine Baker
L'école de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure
Jean Foucambert
De l'éducation
Jiddu Krishnamurti
Pour l'abolition de l'enfance
Shulamith Firestone
L'école mutuelle, une pédagogie trop efficace ?
Anne Querrien
L'enfant et la raison d'Etat
Philippe Meyer
Le pédagogue n'aime pas les enfants
Henri Roorda
Les enfants d'abord
Christiane Rochefort
Les cahiers au feu
Catherine Baker
La fabrique de l'impuissance 2, l'école entre domination et émancipation
Charlotte Nordmann
La fabrique scolaire de l'histoire
Laurence de Cock et Emmanuelle Picard
L'école contre la vie
Edmond Gilliard
Libres enfants de Summerhill
A.S. Neill
Soumission à l'autorité
Stanley Milgram
Si j'avais de l'argent, beaucoup d'argent, je quitterais l'école
Une éducation sans école
Thierry Pardo
La véritable nature de l'enfant
Jan Hunt
C'est pour ton bien
Alice Miller
L'herméneutique du sujet
Michel Foucault
Ni vieux ni maîtres
Yves Le Bonniec et Claude Guillon
L'individu et les diplômes
Abel Faure
La domination adulte
Yves Bonnardel
Encore heureux qu'on va vers l'été
Christiane Rochefort
S'évader de l'enfance
John Holt
Inévitablement (après l'école)
Julie Roux

Article en avant

mamandeserie

Global larcin

Le monde est un grand larcin, un grand accaparement très diversifié, chacun son butin :

Les Élus volent le pouvoir.

Les universitaires volent l'université.

Les professeurs volent l'apprendre.

Les bibliothécaires volent les bibliothèques.

Les propriétaires volent la terre.

Les patrons volent la force de travail.

Les médecins volent la médecine.

Les médias volent l'information. ... etc. (S.R.)

Scolarisation du monde (le film)

schooling the worldAvec sous-titres Fr (bouton CC)

Outil n°1 pour lever le voile

etymosvignette

Les deux faces de la même médaille

mairieecoled

Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans un onglet

Article du 30/08/2015

Un document exceptionnel !

millecitations

Nos liens Illustrateurs

Émissions en direct sur une radio locale

LE MONDE ALLANT VERS..., un jeudi sur deux à 19h30, sur la petite radio locale : RADIO GRÉSIVAUDAN.

Vous pouvez écouter ces émissions en rejoignant le site internet de Radio Grésivaudan ou en ouvrant votre radio sur la bonne fréquence.

Générique de l'émission :

Participez en direct en appelant le :

04 76 08 91 91

Accéder aux archives des émissions sur le site de Radio Grésivaudan.

Et si la cause des causes était l'absence d'architecture spirituelle chez chacun ? --> Ecoutez l'émission sur "La Citadelle" :

Fallait oser...

« L'enfant a droit à une éducation gratuite et obligatoire. »

Charte des droits de l'enfant de l'UNESCO

Bossuet nous disait :

« Il n'y a point de plus grand obstacle à se commander soi-même que d'avoir autorité sur les autres. »

 Professeurs, déscolarisez-vous !

« Les enfants ne sont pas seulement extrêmement doués pour apprendre; ils sont bien plus doués pour cela que nous. En tant qu'enseignant, j'ai mis beaucoup de temps à le découvrir. J'étais un enseignant ingénieux et plein de ressources, habile à élaborer des séquences de cours, des démonstrations, des outils de motivation et tout ce galimatias. Et ce n'est que très lentement et douloureusement - croyez-moi, douloureusement ! - que j'ai réalisé que c'était quand je me mettais à enseigner le moins que les enfants se mettaient à apprendre le plus. »

John Holt

Corollaire ou conclusion de cette idée de Holt : si on enseigne à l'E.N., c'est donc pour propagander, détourner, aliéner.

Sur le refus de parvenir

« Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la fonction abrutit. » Flaubert

*****

« Si nous voulons un monde nouveau, comment accepter de grimper, d'être reconnu par des institutions du vieux monde ? »
Marianne Enckell

Autres citations sur le refus de parvenir

Le corps enseignant ?

On parle toujours du « corps enseignant », mais jamais de son âme... C'est parce qu'il n'en a pas. Et s'il en avait une, ce serait évidemment celle, noire et vicieuse, de Jules Ferry.  S.R.

julesferryamenoireVoici le monsieur qui s'occupe de vos enfants !

descoetdroit

« L'éducation, avec son fer de lance qu'est le système de scolarité obligatoire, avec toutes ses carottes, ses bâtons, ses notes, ses diplômes et ses références, m'apparaît aujourd'hui comme la plus autoritaire et la plus dangereuse des inventions humaines. C'est la racine la plus profonde de l'état d'esclavage moderne et mondialisé dans lequel la plupart des gens ne se sentent rien d'autre que producteurs, consommateurs, spectateurs et fans, motivés de plus en plus, dans tous les aspects de leur vie, par l'appât du gain, l'envie et la peur. »

John Holt

Lien vers des centaines d'autres citations sur le sujet (mis à jour de teps en temps)

 
Avertissement
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 612
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 614

Non catégorisé

Livres entiers à télécharger

Petite précision utile: ces livres pour la plupart glânés sur le net ne constituent évidemment pas la totalité de notre bibliographie ou bibliothèque, mais ce sont des écrits disponibles et gratuits pour tous. N'hésitez pas à nous pointer d'autres ouvrages sur les sujets qui nous intéressent afin de compléter cette liste (pour accéder à tous les autres PDF présents sur le serveur de ce site : cliquez-ici).

Pour le reste de notre bibliothèque sur place (prêts), dossiers et documents : nous contacter.

Titre Auteur Année Bouton de téléchargement
Les méfaits de l'instruction publique Denis de Rougemont 1929  
Les enfants d'abord Christiane Rochefort 1976  
Avertissement aux écoliers et lycéens Raoul Vaneigem 1995  
L'insurrection qui vient Comité invisible 2007  
Inévitablement (après l'école) Julie Roux 2007
Sermon sur l'ambition  Bossuet    
Insoumission à l'école obligatoire Catherine Baker 1985  
Inverser les institutions Ivan Illich 1972  
L'école contre la vie Edmond Gilliard 1944  <-- Cliquez sur le lien
Note sur la suppression générale des partis politiques Simone Weil 1940  <-- Cliquez sur le lien
La nature humaine, une illusion occidentale Marshall Sahlins  2008  
Antigone Jean Anouilh 1944  <-- Cliquez sur le lien
Le faux principe de notre éducation Max Stirner 1842  
Silence aux pauvres ! Henri Guillemin 1989  

 

 

 

 

 

 

 

 

Page d'écriture, de Jacques Prévert

Deux et deux quatre
Quatre et quatre huit
Huit et huit font seize...

Répétez ! dit le maître

Deux et deux quatre
Quatre et quatre huit
Huit et huit font seize.

Mais voilà l’oiseau-lyre
Qui passe dans le ciel

L’enfant le voit
L’enfant l’entend
L’enfant l’appelle:

Sauve-moi
Joue avec moi
Oiseau !

Alors l’oiseau descend
Et joue avec l’enfant

Deux et deux quatre...
Répétez ! dit le maître

Et l’enfant joue
L’oiseau joue avec lui...

Quatre et quatre huit
Huit et huit font seize
Et seize et seize qu’est-ce qu’ils font ?
Ils ne font rien seize et seize
Et surtout pas trente-deux
De toute façon

Et ils s’en vont.

Et l’enfant a caché l’oiseau
Dans son pupitre
Et tous les enfants
Entendent sa chanson
Et tous les enfants
Entendent la musique

Et huit et huit à leur tour s’en vont
Et quatre et quatre et deux et deux
A leur tour fichent le camp
Et un et un ne font ni une ni deux
Un à un s’en vont également.

Et l’oiseau-lyre joue
Et l’enfant chante
Et le professeur crie :
Quand vous aurez fini de faire le pitre !

Mais tous les autres enfants
Ecoutent la musique
Et les murs de la classe
S’écroulent tranquillement.

Et les vitres redeviennent sable
L'encre redevient eau
Les pupitres redeviennent arbres
La craie redevient falaise
Le porte-plume redevient oiseau.

VIEILLE HISTOIRE

Il s'agit toujours, depuis la "Révolution française", et encore plus depuis la troisième République et l'école de Jules Ferry, d'empêcher l'école du peuple, par le peuple, pour le peuple, d'empêcher ceux qui voudraient donner les moyens au peuple de prendre conscience des causes de sa misère et d'y remédier, d'empêcher absolument et à tout prix, toute jonction entre l'éducateur politique et l'homme du commun propagandé. Les illusions mises en place pendant le XIXème siècle par la classe bourgeoise capitaliste : "démocratie" et "instruction publique" doivent demeurer intactes.

Madame Marianne Rouxin, Madame Noëlle Gouillard et les autres sont des Agents des bibliothèques de Chambéry au XXIème siècle pour poursuivre cette sinistre histoire.

(Quand on sait que Marianne Rouxin se vit en "gauchiste", "anticapitaliste", syndicaliste,... Vieille histoire, là-aussi, que l'hypocrisie de gauche, alliée au service des Possédants).

Vieille histoire que cela. Et ils osent s'appeler : "Jean-Jacques Rousseau" et "Georges Brassens" ???? Honte à eux. Mais ils ne sont pas les premiers à salir et à instrumentaliser d'honnêtes penseurs/artistes.

Nous sommes allés, samedi 20 décembre 2014, jour béni des Dieux pour les Marchands et les Consommateurs, protester à nouveau à la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau, face à l'absence d'éducation populaire, et de liberté et d'égalité d'expression dans les bibliothèques de Chambéry (et dans tous les lieux publics). Voir l'article du 13/12 dernier : http://tvnetcitoyenne.com/journal.php?article=257

Nous avions mis un gros morceau de scotch noir sur nos bouches et nous avions une série de pancartes pour une protestation silencieuse et interpellante, telles que : "Les abeilles meurent" ; "Les cours d'eau sont empoisonnés" ; "La terre est stérilisée" ; "Il ne faut jamais donner le pouvoir à ceux qui le veulent" ; "La France, une démocratie ? MDR " ; "Le problème des élections" ; "Écrire une nouvelle constitution" ; "A quand une parole libre ?" ; "Le tirage au sort" ; "Mandats courts et non renouvelables" ; "Le pouvoir corrompt toujours." et bien d'autres...

Notre manifestation silencieuse n'a pu durer que quelques minutes. La "sécurité" de la médiathèque a immédiatement réagi, a téléphoné à la Police Municipale et celle-ci a ensuite contacté la Police Nationale. (Voir le premier paragraphe)

Madame Marianne Rouxin, Agent de l'État ploutocratique, juste "en dessous" de la Sainte Patronne des bibliothèques Noëlle Gouillard, était là. Elle est restée fermée, voire mutique, (les Agents de l'État ont toujours du scotch eux-aussi sur la bouche - mais invisible -), attendant que les forces de l'ordre veuillent bien gommer le plus proprement possible, cette petite tâche ignoble de la belle nappe de Noëlle ! Pshhiiiittt ! Tout doit rester bien net, maculé, aseptisé, clinquant, factice. L'illusion au service du Capital et de la classe bourgeoise, doit se poursuivre, inaltérée. C'est un jour où l'on doit s'agiter à la FNAC, pas à la médiathèque (mais... il paraît que les autres jours aussi...! )  
Oui, que tout le monde achète ! achète ! achète ! Que rien ne vienne entraver, déranger, notre grand "délire occidental" ! (Même si nous sommes de plus en plus nombreux à savoir que le point de rupture a été dépassé depuis longtemps et que nous vivons une période de démesure et de folie).

Un usager de la bibliothèque a pensé que la Police était là car quelqu'un avait sûrement volé des livres... ! Évidemment ! ... Non, Monsieur, entendez-le bien : 8 policiers sont là car deux citoyens demandent que chacun puisse librement proposer des ateliers, des conférences, des débats, des lectures, des bibliographies, etc. dans les lieux publics, à la place du vide actuel, de l'arbitraire consensuel des dirigeants qui ne travaillent pas pour l'intérêt général, et de la censure à l’œuvre depuis des décennies.
La pensée critique et subversive peut-elle être critique et subversive sur le web, par écrans interposés, chacun enfermé, reclus, dans sa sphère privée ? Non. La véritable parole doit venir, doit JAILLIR, sinon on est mort.
On nous a tout volé, y compris nos vies, et le peuple doit TOUT reprendre. Bon courage à tous.

Sylvain Rochex et Mathilde Anstett

Censure dans les règles de l'art des régimes autoritaires.

Interdiction de nos conférences citoyennes et gratuites sur la vraie démocratie et la critique de l'Éducation Nationale dans les bibliothèques de Chambéry.
 

Madame Noëlle Gouillard, qui règne en maître absolu sur toutes les bibliothèques du secteur a répondu un refus, le 10 décembre, par email (c'est tellement facile de se planquer de nos jours), à mon email daté du 28 octobre qui proposait deux conférences gratuites et citoyennes, premièrement celle, théâtralisée, sur la vraie démocratie, et celle, intitulée « il faut tout un village pour élever un enfant » sur la "Déscolarisation" de la société (corpus offensif contre l'Éducation Nationale, pour "la séparation de l'éducation et de l'État" et une skholè libre, voir le site : www.descolarisation.org).

Le peuple doit savoir que ces conférences gratuites et d'autres, ainsi que des ateliers (gratuits eux-aussi), (qui s'adressent pourtant à la population, non aux dirigeants) ont été en fait refusés un peu partout dans les établissements publics de la combe de Savoie.

Il s'agit bien d'un délit d'opinion, un délit de pensée, d'une atteinte grave à la liberté d'expression et d'opinion. Il est donc INTERDIT de critiquer le régime politique et le régime d'éducation et de chercher dans ces directions. Il est INTERDIT de critiquer les deux piliers principaux sur lesquels repose le système (oui, ce même "système" que tout le monde vomit en privé). Oui, il s'agit des "deux piliers principaux", puisque le type de régime politique et de régime éducatif est l'instrument du système de domination capitaliste pour lui permettre d'obtenir dans la longueur : l'obéissance du grand nombre.

 
Et Interdiction de notre bibliographie sur la critique de l'école, dans une bibliothèque publique !
 

Lire la suite : Censure dans les règles de l'art des régimes autoritaires.

A très vite dans le réel pour de la convivialité

Internet est-il un bienfait ou un poison mortel ? Nous pouvons poser la même question pour beaucoup d'autres choses, par exemple : l'école sert-elle l'éducation ? La médecine, la santé ? La voiture, le transport efficace ? Non, pour chacune de ces choses et bien d'autres, l'homme dépasse malheureusement toujours un seuil critique qui lui fait perdre les vertus qu'il recherchait initialement. Oui, je me situe totalement sur la même ligne que Ivan Illich.

Internet tue aujourd'hui la convivialité, comme l'école, tue l'éducation. Il faut maintenir fermement Internet à sa place de pivot. On ne débat pas sur Internet, on ne parle pas sur Internet, on ne se rencontre pas sur Internet. Sur Internet, on se file rencard pour se voir en vrai, c'est (à peu près) tout.

Quand on pense à un site comme wikipédia, on voit bien par exemple que la force encyclopédique d'Internet risque d'être longtemps tentante.

Bernard Stiegler nous propose de faire de la pharmacologie positive numérique pour faire en sorte d'avancer avec la face remède d'Internet et de trouver comment annihiler sa toxicité. C'est peut-être un peu ce qu'on compte faire avec cette page, mais il n'empêche, c'est surtout la pharmacologie de nos outils de rencontre réelle qu'on veut effectuer.

Internet doit être : "la cerise sur le gâteau", donc, il faut d'abord un gâteau, mais y'a pas de gâteau, tout est verrouillé, empêché, stérilisé, partout, et personne ne réagit. Chers amis, faisons le gâteau.

On ne pose au final qu'une seule question (plusieurs en une) :

  • Pourquoi est-ce que nous ne pouvons pas nous TRANSINDIVIDUER dans l'espace public ?
  • Pourquoi n'y a-t-il pas d'espace public ? ("la mise en commun des actes et des paroles" Arendt)
  • Pourquoi la parole est-elle éternellement aristocratisée et gérée de façon oligarchique ? (Alors que la vraie révolution est, et sera toujours, quand le peuple se met à PARLER, à se RENCONTRER ( = la philia), et à formuler "ce qui ne va pas" et "ce qu'il désire").
  • Pourquoi part-on toujours du principe qu'il y aurait 1000 personnes avec un cerveau, un savoir, des choses à dire, et une capacité de parole dans ce pays ??!!!!?
  • Pourquoi continue-t-on de se laisser berner par les statuts, les grades, les titres, les diplômes, alors que le vieux monde n'est pas viable ?!
  • Pourquoi y'a-t-il des milliards et des milliards de rétentions tertiaires virtuelles d'un côté et l'impossibilité de se rencontrer de l'autre ?
  • Pourquoi les gens partagent-ils ce qu'ils savent, aiment, pensent, conçoivent, souffrent, font, sur Internet et pas en vrai, là où ils sont, en présenciel, HIC ET NUNC ?
  • Pourquoi, partout, des petites oligarchies organisatrices PRIVATISÉES qui se la pètent, "FONT VENIR LA PERSONNE CONNUE - L'ARISTOS DE LA CHOSE" et NE REGARDENT JAMAIS, ET NE METTENT JAMAIS EN ŒUVRE, LA RICHESSE HUMAINE QU'IL Y A AUTOUR D'EUX ?

Nombreux sont ceux qui aiment dire que "les choses avancent", mais c'est faux, on est toujours au point zéro, car on avance uniquement quand on peut cheminer ensemble, quand on peut se transindividuer (et je ne crois pas à cette transindividuation virtuelle, qui nous conduit tous à vivre par écran interposé) et on ne peut que constater le recul net de la philia (peurs, parano, caméras de VS, difficultés pour se parler, pour se mettre d'accord, pour partager, pour échanger, etc.).

***

Depuis des années, voire depuis toujours, mon but est la philia locale et de rester non-puissant, de ne jamais avoir d'autorité ou de pouvoir sur quiconque, de ne prendre la place de personne, de ne représenter personne, de ne parler qu'en mon nom propre (et de corrélativement, n'être jamais représenté par quelconque kratos extérieur à moi). Depuis des années mon but, ma direction, n'est pas MON expression, mais l'expression de tous, celle du peuple, de faire en sorte que ceux qui ne parleraient pas, parlent. Je n'ai jamais voulu être "choisi", "préféré", "tirer mon épingle du jeu", "me faire une place", car c'est l'égalitarisme qui m'anime au plus profond de mon être. J'ai toujours tenu bon sur ces principes premiers (certains, rares clairvoyants, heureusement, le voient et le savent) et je tiendrai toujours. Aussi, il m'est devenu insupportable que certains autres cherchent souvent à dénoncer une volonté de puissance ou d'autoritarisme de ma part, quand cette puissance est de fait et de volonté, absente, et quand ces mêmes personnes ne s'attaquent jamais de la même manière à leurs vrais maîtres. La majorité des humains organisent leur puissance, alors il est souvent difficile à cette majorité de comprendre qu'on puisse faire exactement l'inverse.

Pourtant l’œuvre de non-puissance, couplée à l’œuvre de l'esprit restera toujours le seul véritable chemin de la réalisation de soi. Cette page renverra donc au local et vous donnera constamment rendez-vous pour de la convivialité et du militantisme radical pour abattre définitivement le vieux-monde, dans la non-violence et les jus de fruits et légumes.

Je place tout ce qui vient et tout ce qui est, dans le Christ et dans Athéna. Tout le monde souffre, il faut en finir avec l'apocalypse.

Alors, chers amis, courage, à bientôt en vrai.

Sylvain Rochex

ARTICLES AU HASARD

Réflexions philosophiques | 06 Déc 2016 00:01 | Sylvain Rochex
Franchir des lignes

J'ai encore rendez-vous, ce jour, avec l'Élu de la Lumière Céleste Intersidérale.  Je m'y rendrai mais je ne me rendrai pas.

Je [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Réflexions philosophiques | 29 Jui 2017 11:05 | Sylvain Rochex
Je veille sur Mammon

Le « sert-vice » de La Poste « Je veille sur mes parents » ne dit pas clairement son véritable nom. Il s'agit en fait de « Je [ ... ]

Réflexions philosophiquesLire l'article
Interventions | 15 Nov 2014 15:58 | Sylvain Rochex
La plus grosse part du gâteau... mais c'est normal !​

Toutes ces interventions gratuites sont en lien avec une documentation très diversifiée et des bibliographies (que l'on partage [ ... ]

InterventionsLire l'article
Déscolarisation.org | 24 Mar 2015 10:17 | Sylvain Rochex
La plus grosse part du gâteau... mais c'est normal !​

Certaines personnes nous contactent pour nous demander comment oeuvrer elles-aussi dans le sens d'une déscolarisation de la société, [ ... ]

Déscolarisation.orgLire l'article
Interventions | 03 Juil 2015 08:53 | Sylvain Rochex
La plus grosse part du gâteau... mais c'est normal !​

Voici une liste de propositions de rencontres sur différents thèmes,  principalement pour la région de Chambéry/Grenoble [ ... ]

InterventionsLire l'article
Déscolarisation.org | 19 Déc 2016 10:54 | Sylvain Rochex
La plus grosse part du gâteau... mais c'est normal !​

Il a ouvert en septembre 2014. Le sujet de la toxicité grandissante et terrifiante d'Internet a été évoqué [ ... ]

Déscolarisation.orgLire l'article
Other Articles

sensortird

Crédit Photo originale : Par Khoyobegenn