Au tribunal !

>> Documentaire Web Radio TVNet Citoyenne sur le procès du 22/01 ! (10 min) <<

 

NEWS : 28 janvier 2015 - On vit en ce moment ce qu'on appelle un acharnement judiciaire. Le verdict du 22/01 était un référé avec un jugement remis au 12 février (en termes plus simples : pour que le juge réfléchisse davantage). "Ils" sont immédiatement allés chercher de vieux dépôts de plaintes pour créer un acharnement. Garde à vue, hier (27/01), menottes, contrôle judiciaire. Le juge qui a rendu l'ordonnancement en contrôle judiciaire est le même juge que précédemment : celui censé réfléchir au verdict du procès du 22/01 contre l'Éducation Nationale... (Quelle étrangeté de se retrouver face à lui 5 jours après le procès du 22/01 ! dont le jugement n'est pas rendu... ). Nouveau procès en correctionnelle prévu le 26/03 - 5 à 10 ans d'emprisonnement encourus (mais sera sans doute évoqué comme le 22/01 des "travaux d'intérêts généraux" ^^ au registre des peines, alors que nous ne faisons que ça et que c'est l'État qui fait le contraire). On va normalement faire appel de la décision de contrôle judiciaire.

Acharnement judiciaire donc, contre des idées... contre des travaux intellectuels et des actions, qui ne visent qu'une seule chose : l'égalité d'expression, la philia et la recherche collective des causes profondes des injustices sociales et de la destruction de la vie sur terre.

***

Pour démontrer l'extrême sensibilité des Pouvoirs sur le sujet (leur fausse démocratie tient grâce à l’école), on peut noter que nous sommes déjà passé au tribunal en correctionnelle le 22 janvier 2015 (décision renvoyée au 12 février 2015), car nous sommes simplement rentrés dans quelques établissements scolaires, en respectant pourtant les protocoles d'accueil et la bienséance, pour proposer au personnel enseignant et administratif des travaux pédagogiques sur "la vraie démocratie" et sur la "déscolarisation" de la société (conférences, ateliers, documents, bibliographies etc.)

De plus, des circulaires, des emails ont été diffusés par l'Inspection Académique pour créer un état d'alerte et de méfiance par rapport à la personne de Sylvain comme si il était quelqu'un de dangereux. Des mensonges calomnieux ont été montés par les Élus et fonctionnaires des établissements scolaires. Bref, un climat d'hystérie collective, d'affabulation, de panique, de névrose, auto-propulsé.

Mais voulons-nous vivre comme ça ? Avec une école d'État sanctuarisée et ses programmes ineptes et mensongers, réglés par les Pouvoirs, dont les établissements fonctionnent en prime comme de véritables prisons, gérées par des autocrates qui empêchent l'accès ou qui filtrent comme à un portique d'aéroport ? A quand des soldats en armes aux portails ?

On pourrait trouver curieux (euphémisme) la façon dont certaines personnes, notamment (mais pas seulement) les propagandistes des nouvelles théories libérales et entrepreneuriales ou l'entreprise TOTAL (pour ne citer qu'elle), possèdent, elles, des tapis rouges dans les établissements du secondaire.

Y'aurait-il des façons de penser autorisées et d'autres non ?

Sommes-nous en démocratie ?

On peut légitimement être choqué qu'un simple citoyen, intellectuel indépendant soit immédiatement assigné au tribunal parce qu'il est allé proposer ses travaux à des écoles.

On peut légitimement être choqué... ou pas... vu les dérives totalitaires actuelles.

Sylvain et Mathilde